RETOUR SUR IMAGE - La photo de concert

14/12/2018

De Image & montage 1 ere année



HIGHLY SUSPECT
D ' abord, j'adore énormément le mat qui apporte un effet plus
réaliste. J'apprécie l'angle de la photo qui met en valeur les
tatouages dans le cou du guitariste. Le fond est uniforme ce qui
met d'autant plus en avant l'artiste. De plus, on sent qu'il est
dans son monde à ce moment là. J'aime également les couleurs
assez douces qui sont légèrement désaturées, effet renforcé par
le mat. Chloé Chapelain, image
La photo nous présente un guitariste en train de jouer sur la
scène. La photo est prise en format paysage malgré le fait
qu'elle soit une sorte de portrait pour le musicien, cela nous
permet d'apercevoir l'arrière-plan et donne de la profondeur à
l'image. L'arrière-plan est très uniforme, gris, mat et sans réelle
profondeur, on pourrait croire à un mur... Cependant, l'élément
qui lui donne sa particularité sont les éclairages, qui avec leurs
faisceaux, traversent de manière symétrique et très
géométrique la photo. De plus, le contre collage en alu rajoute
énormément de matière à la photo, et permet ainsi une
certaine immersion. La posture du musicien est prise sur le vif,
celle-ci permet de voir ses tatouages qui rappellent l'aspect gris
et mat du fond et ajoutent un aspect artistique à la photo. En
effet, on peut voir, dans cette œuvre, un concentré de
différents arts, une photo d'artistes musiciens, tatoué de motifs
divers, sur scène. Le bleu de l'instrument forme un réel
contraste avec le reste, c'est en effet la seule couleur qui
ressort, ainsi le photographe appuie l'élément de la musique
sans mouvement ni son. Raphaël Mossé, montage


THE NOFACE
L'exposition du jeudi 18 octobre 2018 a été riche en
photographies de concerts, toutes très intéressantes d'un point
de vue esthétique. Particulièrement la photographie THE
NOFACE de Samuel Buil qui a été mon coup de coeur. Elle
dégage un lien très fort entre le batteur et son instrument
renforcé par le travail de la lumière qui les met en valeur. Par
ailleurs, elle donne l'impression que le batteur sort de
l'obscurité, ce qui met en évidence qu'il est le seul à connaitre
le mieux son instrument au sein du groupe. De plus, l'artiste a
fait un bon travail au niveau de la composition avec d'une part,
le rappel du logo du groupe à gauche avec le masque du batteur
à droite, puis d'autre part, par l'association des couleurs bleu et
jaune se mariant très bien puisque que ce sont des couleurs
complémentaires. Ainsi, on constate une vraie recherche dans
l'esthétique mais également dans la matière. Alicia BATHIARD
Image
J'ai choisi la photographie représentant The Noface car j'ai
d'abord été attiré par le gros plan sur la tête à gauche de
l'image. En effet, il est plutôt rare de voir des gros plans pour
des photos de concert. Ensuite, j'ai beaucoup aimé la dualité
entre les deux parties gauches et droites de l'image, qui m'a fait
penser au splitscreen, le tout accentué par la prédominance de
bleu et de jaune. Enfin je trouve la photo de bonne qualité;
comme le métal des cymbales qui ressortent bien.
(PS: Je suis allé écouter le groupe par la suite et j'aime
beaucoup, très content de la découverte!)
Morgan Née, montage


KEZIA JONES
J'ai aimé l' œuvre sur  Keziah Jones, d'une part par l'intensité des
couleurs qu'elle nous offre. De plus, ce sont les trois couleurs
complémentaires (magenta, cyan, jaune) qui lui donne ainsi une
importance car ce sont à partir de ces couleurs que nous
pouvons créer toutes couleurs en peinture.
Également, j'ai bien aimé le jeu de lumière qui je trouve met
bien en valeur le guitariste, son émotion.
Enfin, l'impression sur aluminium donne un résultat très
satisfaisant. Caroline Grandsire, montage
La photo que j'ai préférée est celle de Kaziah Jones car j'aime
beaucoup la technique d'impression, le métal nous renvoie la
réelle lumière présente dans la salle plutôt que de simplement
la retranscrire comme les impressions basiques. J'aime aussi la
position du chanteur qui dégage une énergie tranquille, en
addition avec la gamme de couleur, l'esprit du jazz/blues est
bien évoqué. Cecile Wramour, montage
Toutes les photos présentées à l'exposition ont quelque chose à
leur façon de particulier, mais c'est celle de Keziah Jones qui
m'a davantage attirée.
J'ai beaucoup apprécié les couleurs très saturées, ainsi que
l'angle de vue de la photographie qui apporte une part de
mystère au chanteur du fait qu'il soit photographié de profil.
Keziah Jones et sa guitare semblent ne faire qu'un grâce au jeu
d'ombres qui fait que l'on différencie plus son corps de sa
guitare, celle ci étant dans la continuité de ses mains.
Cette photo a su m'interpeller plus que les autres car c'est elle
qui m'a donné envie d'assister au concert.

Candice Duquesne, image


Frank Carter & The Rattle snakes
Ma photo préférée est celle de Franck Carter & the Rattlesnakes
au Splendid de Lille. En effet, beaucoup d'énergie dégage de
cette photo, la photo est prise depuis la foule ce qui nous donne
l'impression d'être dans celle-ci. De plus, le noir & blanc et le
contraste sont très esthétiques. Elle reflète un moment intense
du concert, on a envie d'y être.
Ma photo préférée de l'exposition est celle de Frank Carter &
the rattlesnakes pendant leur concert à Lille, au Splendid, en
mars 2018. On y voit le chanteur au dessus de la foule, tenant
les mains d'une fille de la fosse. C'est le sujet de la photo qui me
plaît le plus, elle montre la proximité du chanteur avec son
public, et son implication, son énergie pendant la soirée.
Photographier le public est très révélateur de l'ambiance d'un
concert. Sinon je trouve en général que les photos de concert
sont mieux en couleur, tellement il y a de jeux de lumières sur
scène habituellement, cela donne beaucoup d'informations sur
l'ambiance. Mais je trouve que sur cette photo-ci le noir et
blanc est un bon choix, non seulement parce que les couleurs
n'apporteraient pas vraiment quelque chose en plus à la scène,
mais aussi parce que cela donne d'autant plus l'impression que
le temps est suspendu lorsque le chanteur est proche de ses
fans. Lucie VALENTIN, Image
La femme jaillit du public et établit une connexion avec le
chanteur qui passe par le regard et les bras qui se joignent.
J'aime ce que cette femme dégage, on sent une rage mêlée à
l'euphorie de la proximité avec l'artiste. Cette photo permet de
montrer plus que le simple artiste sur scène, on peut voir
également le lien qu'il crée avec son public. Ils se retrouvent
presque à la même hauteur, cela reflète le fait que les concerts
prennent vie grâce aux fans venus soutenir leur artiste favori. Le
noir et blanc amplifie le caractère des deux personnes grâce aux
contrastes et permet d'unifier le tout. L'aspect mat donne
également une impression de réalisme qui nous plonge dans la
scène parmi la foule. Victor Levasseur, image
Cette photo de concert a particulièrement retenue mon
attention : lorsque l'on va à un concert on oublie notre vie et on
est plongé dans une sorte de bulle où seul le partage avec
l'artiste compte. Ce cliché montre l'intensité de ces moments
de partage grâce aux traits de visage très contrastés et les
mains qui se rejoignent au centre de la photo.

Lily Guénard, image


Savages

C'est la distinction de Savages qui m'a tapé dans l'oeil.

Pour moi, la chanteuse n'est pas le seul élément principal qui compose cette photo. En effet, le contraste marqué du noir et du blanc a aussi son rôle dans la compréhension et la réinterprétation de la scène. Le dynamisme et l'émotion est plus fort encore grâce a l'association de ces deux couleurs qui elles mêmes englobent le personnage en lui redonnant vie cette fois sur le papier. Claire lecocq, Image

Cette photo prise au Main Square dégage beaucoup de puissance avec cette femme qui pointe quelque chose du doigt et avec son regard on a l'impression qu'elle s'adresse à une personne en particulier. De plus je trouve que si on sort cette photo de son contexte cette femme ressemble beaucoup à une manifestante, qu'elle s'adresse à un auditoire, qu'elle veut convaincre. Son regard est un mélange entre rage, passion et innocence Marilù Valencia, Image

Bien que je préfère les photos de concert en couleur, car je trouve que la dominance colorimétrique retranscrit le ton et l'atmosphère de celui-ci, la photo que j'ai le plus aimé parmi toutes est celle en noir et blanc de la chanteuse de Savages (mainsquare festival, 2017). Les effets d'ombre et de lumière la mettent en valeur sur un fond rayé, comme un vieux film dont la pellicule est abimée. Il y a aussi cette effet vignette qui encadre la chanteuse, la rend actrice sur scène. Prise de face, son doigt pointant vers l'objectif, on pourrait croire y voir un one woman show, un discours politique, une scène de film... Cette photo laisse libre de l'interpréter et est plus proche de l'univers du cinéma que les autres. Claire Fernandez, montage

Ce qui m'interpelle le plus au premier regard jeté sur la photographie de Jenny Beth, c'est le cadre qui s'est créé uniquement à partir des jeux de lumière. L'obscurité soutenue par le noir et blanc se concentre ainsi sur les bords, laissant un halo de lumière autour de la chanteuse. On remarque alors un décor simple faisant penser davantage à un théâtre qu'à une scène de concert. L'éclairage paraît si composé et réfléchi dans ce petit cadre qu'il paraît invraisemblable que cet effet soit le fruit d'un hasard ou d'une simple pulsion poussant à presser le déclencheur. Sylvain Debretagne, Montage

On dirait un arrêt sur image, son mouvement est net et son regard dirigé, vers ce qu'elle pointe du doigt. Malgré l'arrêt sur image, cette photographie est pleine de mouvement et « d'intentions » grâce au regard de la chanteuse. Le noir et blanc accentue ce regard, cette expression. Cécile Labussière, image

J'ai préféré la photo de Savages prise au Mainsquare Festival car pour moi c'est celle qui fait ressortir le plus d'émotions. La photographie est prise sur le vif. Jehnny Beth, au centre de l'image nous pointe presque du doigt avec un regard assombris par le projecteur. L'image en noir et blanc est un contre-collage ce qui donne de la matière à la photo. De plus l'arrière plan est un fond noir éclairé par un seul spot ce qui met en valeur la chanteuse.

Valentin BOUVET, montage


M

La photo qui me plait le plus est la photo de Samuel Buil sur M. Je trouve le surcadrage fait par les lumières très intéressant car il met en valeur M. De plus on s'aperçoit que les lumières dévoilent 2 musiciens ce que je trouve aussi très intéressant. La composition de la photo avec les lumières peut aussi rappeler un "m" .Thomas Vanhelst Image

Ma photo "coup de cœur" de cette exposition est la photo du concert de M. Je l'aime beaucoup car je la trouve très graphique. Les projecteurs en arrière-plan créent une symétrie et magnifient le chanteur qui se trouve presque en centre de ces faisceaux lumineux. Les musiciens, au fond, sont également mis en valeur grâce aux lumières. Je pense que j'aime cette photo aussi parce que j'apprécie l'artiste.

Clémentine Burrey, montage.



Kasabian

Je choisis la photo de Vincent Macquaire d'un artiste qui tient le micro avec des fils emmêlés dans ses mains. La photo est en forte contre-plongée et les câbles cachent presque entièrement le visage de l'artiste. J'aime beaucoup cette photo car elle part de quelque chose qui est normalement une contrainte pendant l'exercice de la photographie de scène (les câbles, les pieds et les micros qui cachent parfois des artistes, encombrent l'image et peuvent fausser la mise au point) et la transforme en un motif visuel esthétique qui donne une certaine énergie à l'image et à l'artiste photographié. Cela résume bien l'exercice de la photo de scène ou, dans des conditions exceptionnelles, le photographe doit tirer partie de la situation et transformer les contraintes en atouts.

Théophile Jachiet, image